[:en]Teaching Tolerance at Camp [:fr]Enseigner la tolérance au camp[:]

[:en]My way of dealing with most issues in life is not to create sides, but to listen to both. This works whether it is a fight between two campers, or whether it is a misunderstanding with regard to a First Nations or LGBQT issue. That being said, there is no methodology in place at all by which to categorize any dispute. Nor should there be!

Categorization is the worst enemy of disputes. This is well worth repeating. Nobody wants to be labeled. In fact, most disagreements become issues because someone feels undervalued, and sharply so.

Through years of experience, I have learned several factors to be true in all disputes. Bearing these in mind during the time of an altercation can often serve as a way to bring it to closure well before expected and with better results. Additionally, if I consistently approach others with actions that support these factors, it is much less likely that the issue will occur.

There is intrinsic value in every person. Everyone matters, and everyone has something good to offer a family, community, nation or world. I agree that not everything offered is good. I also agree that some things that are believed are not true. But the right to have beliefs and the right to choose – these are the freedoms that we all should be able to possess. They are of greater importance than any disagreement that can arise between me and another person.

No two people agree on everything. This only means that it is actually possible to further create argument and divide until community is extinguished and self is all that is left. Tragic!

If I listen, I will learn. So listen to their story, to their reasons for believing and valuing what they do. While I may not choose to adapt their belief structure into my own, at the very least I should learn something of what matters to them. Perhaps they want to lobby for a cause that completely misses what I have usually thought. Perhaps their reason is loyalty, or fairness, or something that I also value. If I shut them down because I disagree with the campaign in general, then they are hearing that I disagree with loyalty or fairness.

We are amazing people. We are capable of going to the moon and back, of building space stations, and of inventing cures for diseases that used to obliterate whole communities. Why is it so difficult to believe that we all have something of value for which to give honour?

Always ask questions before offering a defense. “Are we really in disagreement in this matter?” Even a question like that can create enough doubt that the other person will calm a bit. Follow it up with, “Could I please ask you to share your main concern again? And then, “Could you tell me what underlying values you hold onto that cause you to support this concern? Never consider your own response at all while listening. Listening is for learning, hearing and understanding.

Always create space for accepting a different view, while maintaining the value for the person. The way we talk must also model that this space is available. Bears attack when their escape is cut off. If people have the right to choose, then let them choose.

What you feel defines your concerns, not theirs. Sharp feelings such as jealousy, rage, fear or hatred are signs that we have unresolved issues in ourselves. So the next time that feeling arises, it should be another opportunity – not to set someone else straight – but to resolve what we haven’t in ourselves. If it came out of someone’s criticism, or exaggerated disparagement, then quietly ask yourself what part is true, and begin to change that part.

Defense strengthens offense. Karate teaches me that when the opponent senses that I am resisting, they will tighten their grip. But if the opponent senses that I have relaxed, they can’t help but do the same. So in every situation no matter who is upset with you, not only listen, but also explain that understanding them matters to you and that you are thankful for voicing their
concern. Follow that up with actions that support it. What this really amounts to in the face of the heat is that we must relax our grip and show love.

Finally, when mediating, reset the focus with questions. It’s very difficult to get someone else to show appreciation for the other person’s view. So if two boys are brought into my office after a fight, getting them to tell their side of the story will become a never ending nightmare of trying to prove the other person to be wrong. Now deep inside they both know that they could have done something differently… that at some point they made a choice to fight back. Rather than focus on the part that creates division, focus on the part inside each of them that they would rather not admit. The question I often use is, “So tell me what you could have done differently?” or “What did you do that you know you should not have done?” I always begin with the one that I think is more likely to spill first. When he starts with, “Well he…” I stop him and say, “No, what did you do that was wrong? He will have his turn to tell me what he did wrong.” The first admission almost always encourages the second. And by the time the second is done, the boys will often ask each other for forgiveness before I even get that far, and then they leave as friends.

If we embrace our differences, we actually, at the same time, are embracing our similarities.[:fr]Généralement, lorsque je dois régler un différend, je ne cherche pas à créer deux camps : je cherche plutôt à les écouter. Ce principe s’applique autant à une bagarre entre deux campeurs qu’à une mésentente sur une question concernant les Premières Nations ou les personnes LGBTQ. Cela dit, il n’existe pas de recette permettant de catégoriser une dispute… et c’est très bien ainsi!

Les étiquettes : les meilleurs adjuvants de la dispute. On ne le dira jamais assez : personne ne veut se faire étiqueter. En fait, la plupart des désaccords dégénèrent parce qu’une personne se sent sous-estimée.

Mes années d’expérience m’ont révélé l’existence de certains facteurs communs à l’ensemble des disputes. En les gardant à l’esprit au moment d’une altercation, on peut souvent y mettre fin bien plus tôt que prévu et obtenir un meilleur dénouement. En outre, si j’approche les autres par des gestes qui tiennent compte de ces facteurs, j’ai de bien meilleures chances de prévenir la dispute.

Chaque personne a une valeur intrinsèque. Chacun compte. Et chacun a de bonnes choses à offrir à sa famille, à sa communauté, à sa nation ou au monde. J’admets que certaines des choses offertes ne sont pas bonnes. J’admets aussi que certaines croyances sont fausses. Mais nous devrions tous pouvoir profiter du droit d’avoir des croyances et du droit de choisir. Ces libertés sont plus importantes que n’importe quel différend pouvant survenir entre moi et autrui.

Deux personnes ne peuvent être d’accord sur tout. Cela signifie qu’il est possible d’exacerber les querelles et de diviser les gens jusqu’à l’anéantissement de la communauté et au triomphe de l’individu. Ne serait-ce pas tragique?

Par l’écoute, j’apprends. Écoutez le récit de l’autre, les raisons qui l’amènent à croire en ce qu’il fait et à y accorder de l’importance. Même si je n’adopte pas la structure de croyances de l’autre, j’aurai à tout le moins compris une parcelle de ce qui compte pour lui. Peut-être veut-il militer pour une cause qui défie mes convictions habituelles. Peut-être veut-il le faire pour des motifs liés au dévouement, à l’équité ou à une valeur que je chéris moi aussi. Si je refuse de l’entendre parce que je m’oppose à sa cause en général, il comprendra que je m’oppose au dévouement ou à l’équité.

Nous sommes extraordinaires. Nous sommes capables d’aller sur la lune et d’en revenir, de construire des stations spatiales, de trouver des remèdes pour des maladies qui jadis décimaient des sociétés entières. Pourquoi est-ce si difficile de croire que nous avons tous quelque chose de précieux à honorer?

Avant de vous défendre, posez des questions. « Sommes-nous vraiment en désaccord? » Même une question aussi simple peut générer suffisamment de doute pour que l’autre se calme un peu. Poursuivez en demandant à votre interlocuteur de vous répéter son principal motif de désaccord. Puis, demandez-lui quelles sont les valeurs sur lesquelles reposent son point de vue. Ne pensez pas une seule seconde à votre réponse pendant que vous écoutez. L’écoute, ça sert à apprendre, à entendre et à comprendre.

Créez toujours de l’espace pour un autre point de vue, mais demeurez respectueux de votre interlocuteur. Parlez de manière à démontrer l’existence de cet espace. Comme on le sait, c’est lorsqu’ils se sentent pris au piège que les ours passent à l’attaque. Alors laissez les gens choisir lorsqu’ils le peuvent.

Vos émotions définissent votre mécontentement, pas celui de l’autre. Les émotions vives, comme la jalousie, la rage, la peur ou la haine, signalent la présence en soi d’un problème non résolu. Ainsi, la prochaine fois que vous vivez une émotion du genre, profitez-en non pas pour dire à quelqu’un ses quatre vérités, mais pour vous pencher sur les problèmes irrésolus en vous. Si votre émotion résulte de la critique d’autrui ou d’une forme intense de dénigrement, tentez calmement de circonscrire la partie véridique des accusations, puis commencez à opérer les changements qui s’imposent.

La défensive nourrit l’offensive. Au karaté, quand mon adversaire sent que je résiste, il accentue sa poigne. Mais s’il sent que je relâche mes muscles, il ne peut pas s’empêcher d’en faire autant. Par conséquent, quand une personne – qui que ce soit – vous en veut, ne vous contenez pas d’écouter : expliquez-lui aussi qu’il est important pour vous de la comprendre et que vous la remerciez de vous faire part de son mécontentement. Puis, posez des gestes qui appuient vos paroles. Au fond, tout cela signifie que quand la situation s’envenime, il faut relâcher sa poigne et faire preuve d’amour.

Lorsque vous êtes le médiateur, recentrez la discussion à l’aide de questions. Il est très difficile d’amener quelqu’un à valoriser le point de vue d’autrui. Ainsi, quand je demande à deux garçons qui se sont battus de me donner leur version des faits, j’entre dans un cauchemar sans fin où chacun tente d’établir le tort de l’autre. Or, en leur for intérieur, tous deux savent qu’ils auraient pu agir différemment… qu’à un certain moment, ils ont choisi de répliquer. Au lieu de vous concentrer sur ce qui divise, intéressez-vous à ce qu’ils préféreraient ne pas admettre. Je leur demande souvent tour à tour ce qu’ils auraient pu faire différemment ou ce qu’ils savent qu’ils n’auraient pas dû faire, en commençant par celui que j’estime le plus susceptible de faire amende honorable le premier. S’il commence par parler de son camarade, je l’arrête, et je lui dis : « Non, qu’as-tu fait de mal, toi? Ce que lui a fait de mal, il me le dira quand ce sera son tour. » Le premier aveu entraîne presque toujours le second. Par la suite, les garçons se demandent souvent pardon avant même que j’y arrive, et ils repartent bons amis.

Bref, en embrassant nos différences, on embrasse aussi nos similitudes.[:]

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

About Gary Pryzner

Gary Pryzner is the Camp Director of Camp Sagitawa in Moberly Lake, BC.
This entry was posted in [:en]News[:fr]Nouvelles[:] and tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.