‘Living Lightly Lab’ Teaches Environmental SustainabilityUn Laboratoire Écologique pour Enseigner la Durabilité de l’Environnement

Glen Bernard’s “Living Lightly Lab” was completed on June 30, 2009, just in time for the arrival of the campers.  Glen Bernard Camp for girls, founded in 1922 by Mary S. Edgar, is located near Sundridge, Ontario. Owner/Director, Jocelyn Palm, began construction on this latest project on December 1, 2008, after considerable research into alternate energy technology.  The 12 metre square building, which is set into the base of a rock hill, is a completely sustainable classroom.  Joc’s aim is to educate campers in the summer months, and school groups for the rest of the year, about renewable energy and environmental sustainability.  Camp is the perfect place to teach children to be good stewards of our planet and how to act responsibly for the sake of future generations.  The unique structure is equipped to teach about heating, alternate lighting, alternate energy and other aspects of green living.  Joc, a former secondary teacher with degrees in science and education, says: “It is a three-step process; first is knowledge (getting the information/facts).  Then you must care and then you must act to make change.”

Because the design concepts are so new, Joc challenged the architects, engineers and contractors about how to do the job, and then, she quips, she had the privilege of paying them!  The fully accessible “green roof” features two large gardens.  The access ramp and stairs to the roof are fitted with grates to clean campers’ shoes and prevent deer and moose from wandering into the gardens.  On one side, the “extensive garden” is planted with sedum, a combination of several basic, non-vascular plants that do not require watering except in a serious drought (no problem in Ontario in summer 2009!).  This ground cover, which will not exceed a height 10cm, provides insulation for the building and many other bonuses.  On the opposite side is the “intensive garden” for flowers and vegetables.  Seventeen bags of manufactured, organic soil cover an area 9.85m long, and an average of 2.5m wide.  The garden currently produces tomatoes, carrots, radish, beans, peas and basil, and marigolds and petunias for diversity – and because they look pretty!  Next year, Joc hopes to replace the flowers with ones that are not only pretty but also edible. The trusses that support the roof are very strong to bear the weight of groups of people and equipment for some of the activities offered, as well as the two roof top gardens and the retained water they hold within them.

Each garden has its own drainage system which collects any excess rain water for measurement.  The campers can compare the water retention of the two types of gardens to determine the efficiency of each.  The rain that falls on the rest of the roof drains into pipes which are connected to rain barrels at the base of the building.  A hand pump on the roof is used to recycle this water for further watering of the gardens, if necessary.

In the centre of each garden is a ciralight, basically a jazzy skylight whose reflecting, aluminum panels provide enough light to illuminate the classroom below on even the dullest day.  Each ciralight is equipped with a small solar powered motor that the panels to follow the sun, maximizing the amount of light reflected into the room below.

Two large solar panels are attached on the south side of the building near the roof.  A weather centre, positioned between the solar panels, measures air pressure, humidity, temperature, wind direction and speed, rainfall and the UV index. Working with this equipment and recording the results create the opportunity for discussions on global warming, weather trends and the threat of skin cancer.  The camp plans to keep daily weather logs to compare any evidence of climate change.  A third manually-moveable solar panel is installed behind the building.  The campers will direct this panel to follow the sun and realize the optimum energy collection.

Sufficient solar energy is collected to heat and light the building and power any lab or audio visual equipment used.  Excess power is stored in batteries to power the building after sunset and some feeds into the camp’s grid to be used elsewhere on the property.  Joc estimates a savings of 5% on the hydro bill.

The interior of the building is one large spacious room.  The flooring is made from recycled tires, a product manufactured in Salmon Arm, British Columbia.  It is comfortable to walk upon and easily maintained.  Though the double-glazed windows are small, a design feature to reduce heat loss in winter and help keep the room cool in summer, they are positioned high for maximum light.

Sahar Ghafouri-Bakhsh, a fourth year student at the University of Toronto in Environmental Science, and Aliya Hollingsworth, an English and Environmental Studies student at Queen’s University, teach Earth Education and the science of sustainability to the campers in one and one-half hour scheduled classes.  School groups have the advantage of experiencing the required environmental curriculum, not just reading or hearing about it.  Operating the miniature solar or hydrogen cars is popular with the students as they learn about the technology.

Joc expects that as the technology becomes more refined and more widely used the cost will be less prohibitive.  In the meantime, Glen Bernard Camp challenges the camping community to become the leaders in environmental sustainability education and to do whatever can be done NOW to teach campers how to sustain the planet’s resources for the benefit of future generations of campers.

– Catherine RossLe laboratoire du camp pour filles de Glen Bernard a été inauguré le 30 juin 2009, juste à temps pour accueillir ses premières campeuses. Fondé en 1922 par Mary S. Edgar, ce camp est situé non loin de Sundridge, en Ontario. La propriétaire et directrice, Jocelyne Palm, a entrepris la construction du laboratoire le 1er décembre 2008 après avoir étudié à fond les technologies d’énergie de remplacement. L’immeuble de 12 mètres carré, situé au pied d’une colline rocheuse, est destiné à enseigner l’énergie renouvelable et la durabilité de l’environnement aux campeuses au cours de l’été, et à des groupes d’écoliers le reste de l’année. En fait, le camp est le meilleur endroit qui soit pour enseigner aux enfants comment prendre soin de la planète et comment se comporter de façon responsable envers les générations à venir. Cet immeuble unique dispose de tout le nécessaire pour étudier un mode de vie écologique, notamment en ce qui a trait au chauffage et à l’éclairage alternatifs. Selon Jocelyne, ancienne enseignante au secondaire et titulaire de diplômes en éducation et en science, « l’enseignement est un processus en trois étapes. Il faut d’abord connaître tous les faits. Ensuite viennent la conscientisation et les gestes qui font une différence. » En raison du design novateur du laboratoire, Jocelyne Palm a bouleversé les méthodes des architectes, des ingénieurs et des entrepreneurs qui ont travaillé à sa construction. Peu importe le prix à payer, le jeu en valait la chandelle! Le toit vert, entièrement accessible, se compose de deux jardins. La rampe d’accès et les escaliers qui y mènent sont pourvus de grilles pour nettoyer les chaussures des campeuses et pour empêcher les animaux de s’y aventurer. D’un côté, un vaste jardin dans lequel on a planté différents orpins. Ces plantes ont la propriété de stocker l’eau de pluie, si bien qu’elles n’ont pas besoin d’être arrosées, sauf par temps de sécheresse, ce qui était loin d’être le cas de l’été 2009. Cette couverture végétale, qui n’excèdera jamais 10 cm de hauteur, isole l’immeuble et comporte de nombreux autres avantages. De l’autre côté se trouve le jardin potager d’une superficie de 9,85 m de long sur 2,5 m de large et pour lequel il a fallu 17 sacs de terre biologique pour le couvrir. Ce jardin fournit en ce moment des tomates, des carottes, des radis, des fèves, des pois, du basilic ainsi que des soucis et des pétunias pour la variété (et leur beauté). L’année prochaine, Jocelyne espère les remplacer par d’autres fleurs qui seront à la fois jolies et comestibles. Nul besoin de préciser que la ferme de toit est suffisamment forte pour soutenir le poids d’un groupe de personnes, de l’équipement pour certaines activités, ainsi que celui des deux toits verts (et l’eau qu’ils emmagasinent). Par ailleurs, chaque jardin est doté de son système de drainage pour récupérer l’eau de pluie que les campeuses mesureront. Étant donné que les jardins sont différents, elles seront également en mesure de comparer les deux types d’eau de pluie afin de déterminer l’efficacité des deux jardins. L’eau de pluie qui tombe ailleurs sur la toiture s’écoule dans d’autres canalisations qui rejoignent des tonneaux situés au niveau du sol. Une pompe sur le toit sert à recycler cette eau pour arroser les jardins, au besoin. Pour compléter l’aménagement, on a installé au centre de chaque jardin un lanterneau d’éclairage, usiné par Ciralight. Il s’agit en fait d’un puits de lumière équipé de miroirs qui tournent continuellement afin de se positionner en ligne droite vis-à-vis du Soleil et qui réfléchissent suffisamment de lumière pour éclairer la salle de classe, même pendant les jours les plus maussades. Chaque lanterneau est doté d’une cellule solaire qui tourne simultanément avec les miroirs, optimalisant ainsi l’alimentation en lumière naturelle. De plus, deux grands panneaux solaires sont fixés du côté sud de l’immeuble près du toit. Un centre météorologique, logé entre les panneaux, mesure la pression atmosphérique, l’humidité, la température, la direction et la vitesse du vent, les précipitations ainsi que les rayons ultraviolets. Cet équipement et ses données contribueront à animer des discussions sur le réchauffement climatique, les tendances météo et les dangers du cancer de la peau. La direction du camp entend tenir des registres quotidiens pour comparer toutes preuves du changement climatique. Un troisième panneau solaire, opérable manuellement celui-là, est installé derrière l’immeuble. Les campeuses dirigeront ce panneau de façon à suivre le Soleil et ainsi optimaliser la collecte d’énergie. Ainsi, assez d’énergie solaire est collectée pour chauffer et éclairer l’immeuble et alimenter le laboratoire ainsi que tout l’équipement audiovisuel utilisé. Le surplus d’énergie sera emmagasinée dans des cellules qui alimenteront le laboratoire après le coucher du soleil et les grilles du camp afin d’être distribuée ailleurs sur la propriété. La directrice du camp estime économiser 5 % sur sa facture d’hydroélectricité. À l’intérieur se trouve une seule pièce vaste. Le carrelage, facile d’entretien et confortable pour les pieds, est fait de pneus recyclés, provenant d’une usine à Salmon Arm, en Colombie-Britannique. Même si les fenêtres à double vitrage sont petites, pour réduire la perte de chaleur en hiver et garder la pièce fraiche en été, elles sont haut placées pour maximiser la lumière. Sahar Ghafouri-Bakhsh, une étudiante de quatrième année en science de l’environnement de l’Université de Toronto, et Aliya Hollingsworth, une étudiante en anglais et en études de l’environnement à l’Université Queen’s, enseignent les sciences de la terre et de la durabilité de l’environnement aux campeuses dans des cours d’une heure et d’une heure et demie respectivement. Quant aux groupes d’écoliers, ils ont la chance de vivre le cours obligatoire d’environnement, ce qui est bien mieux qu’un apprentissage en salle de classe. D’ailleurs, où auraient-ils l’occasion conduire les voiturettes électriques ou à l’hydrogène, si ce n’est qu’au camp Glen Bernard? Jocelyne estime que plus la technologie se raffinera et gagnera en popularité, moins son coût sera prohibitif. Entre-temps, le camp Glen Bernard encourage les camps de partout à faire figure de proue dans l’enseignement de la durabilité de l’environnement et à faire tout ce qui est en leur pouvoir MAINTENANT pour enseigner aux campeurs comment préserver les ressources de la planète pour les prochaines générations de campeurs. Catherine Ross

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
This entry was posted in [:en]News[:fr]Nouvelles[:]. Bookmark the permalink.

Comments are closed.